Le Domaine de Certes: bleus frissons de racines-3-

« Mystère est un singulier

Qui ne peut se révéler

Que par d’autres singuliers

Que par l’ardent face-à-face

Des présences entrecroisées

-saule à saule par la racine

et tige à tige par le vent-

En leur plus long vouloir-dire

En leur ultime non-dit »

François CHENG/ Le Livre du Vide médian

Sens dessus-dessous  l’onde                              

Un bouquet de racines

Solitaires

Danseuses

S’ébrouent

Dans leur prison des glaces

Lancent l’anathème

zébré

A l’hiver

Allégées

Du  poids des ans.

Dévolues

A la paisible révolution des signes

Elles veillent impassibles                                                      

A l’envol des cygnes.

De vague en vague

De gerbe en gerbe

Elles retournent

A leur calligraphie

A leur sens dessus-dessous

A l’envers du miroir lissé par la froidure.

L’endroit reprend son souffle immobile

Tentation d’infertile

Immobile Cri noir

Suspendu au soir

Qui les verra retourner

L’azur détourné

A l’infiniment désert roi du silence.

Maïté L

« Perdue au sens de l’immense

Toute présence est pivot

Autour duquel l’univers

Tourne, soudain proche intime »

François CHENG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *