Printemps de pépins amers-7-

*****

Printemps de pépins amers

*****

*****

La mer du dimanche
a soulevé ses jupons d’écume.
Aux notes lancinantes
du vent suintant colère
Elle a lancé ses virgules
et ses points en suspension.
Elle a accroché le printemps
au porte-manteau de sa dune
ramassé deux ou trois plumes
qui rêvaient sur ses flots
et fait naviguer ses oripeaux;
Bouteilles à la mer
plastique et déchets d’hiver.

Et sur la terre
me direz-vous?
Il pleut du verre et de l’amer

Les bras de la mer

Rejoignent les bras de pleine-nuit

Tordent les mains de ta vie

Quand les yeux dans tous les nids

Cherchent le fil des humaines pensées

Que les mots d’airain résonnent

Et arment les consciences.

Il pleut du sable et des armes

Il pleut des cadavres à bout portant

Il pleut des jeunesses fauchées

Avant le temps des blés,

Il pleut désespoir.

Avant l’espoir de renouveau

Chaque printemps apporte son lot

De fulgurances

De flammes jaillies des yeux

Chaque printemps apporte son lot de rancœurs

Et de larmes qu’on voudrait oublier

Sur terre comme en mer

Les pauvres les oubliés

Epousent l’amertume

Et fièrement dressés

Devant les flots

Montrent leur dignité.

*****

*****

La mer suintant colère

*****

*****

Maïté L

*******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *