Rêves perlés d’estuaire et son échappée belle -page2

unnamed

18

C’est peut-être l’ivresse,

Qui me fait voir un lion à deux têtes,

Et peut-être le vin de messe,

Participe à la fête…

 

la muraille verticale,

Supporte même un éléphant,

Qui s’extrait d’une cathédrale,

.vous m’en direz tant !

unnamed (1)

(éléphant de la cathedrale  de Trani – Italie)

 

Aussi quand je lis Aliénor,

J’ai quelques doutes sur ma santé,

Si je perds un peu le Nord,

( Vénus prête à enfanter ) .

 

Tout juste sortie du lit,

La barque d’un coquillage,

Dans la peinture de Botticielli,

Aborde nos rivages.

 

C’est avec elle,

Que l’enfant vagit,

S’envolant d’une nacelle ,

De mythologie .

 

On a des doutes sur le réel,

Un pied à cheval dans le merveilleux,

Aux enfants il pousse des ailes,

Et le ciel reste radieux .

 

Ce qu’on y voit ne sont pas des avions,

Mais le passage des déesses,

Et du char d’Apollon,

Ne tenant pas ses chevaux en laisse…

Le_Char_d'Apollon, 1868 via les amis de musées - www.ffsam.org

 

 

 

Tout leur est permis,

Et à portée de main,

Des collines d’Italie,

Le monde est un grand jardin,

 

C’est une terre d’abondance,

Ensoleillée et humide ,

Tout le monde danse,

Dans le jardin des Hespérides….

 

Si Hercule se souvient,

De ces lieux,

Et des plus anciens,

C’est qu’un demi-dieu

 

Toujours se doit,

De raconter des histoires,

Et celles de ses exploits,

Pour nous rafraîchir la mémoire…

 

Moi j’aime la poésie,

Et la peinture ,

J’y cueille de la fantaisie

Dans ses plus petits murmures…

 

Tout cela me parle d’imaginaire,

Et m’amuse,

En faisant interpréter les mystères,

Des nymphes et des muses….

 

C’est en quelque sorte

A travers l’art,

Ouvrir d’autres portes,

Et boire le nectar …

 

Que nous offre Bacchus …

Pas de sensations fades,

Même avec les icônes russes,

Du musée de Léningrad,

 

Qui nous regardent, sévères,

Dans leur cadre doré…

>   Allez,         je vide un verre,

Avant qu’il ne soit évaporé…

 

Et s’il faut que je trinque,

C’est parce qu’encore,

Dans le labyrinthe,

Je dois affronter le Minotaure .

 

Le pauvre est enfermé à double tour,

Sans voir le soleil…

Moi je vois l’issue de secours,

A travers la bouteille…

 

Il ne sait pas où le chemin le mène,

Ne pouvant pas lire  l’avenir dans sa tisane,

  • j’ai trouvé la sortie de l’arène,

( grâce au fil d’Ariane )

 

Qu’il y ait eu ou non combat,

Ou délit de fuite,

On parle encore beaucoup ici bas,

L’imagination permet d’inventer la suite

 

Sans pour autant abuser,

Des parquets cirés,

Des salles des musées,

–  il reste possible de délirer –  …

 

Ce dont jamais je ne me prive

N’étant pas Prométhée enchaîné,

Qu’il faudrait que l’on délivre,

Du rocher le maintenant prisonnier…

 

 

RC

***

 

19

14/04/15

Au cœur de ces libations

 Je me sens rasséréné

Et dans notre divine virée

J’entrevois ma libération.

 

Je goûte à la verte absinthe

Laissée sur le bord de la vie

Par Toulouse-Lautrec inassouvi

Parti cependant sans une plainte.

port-de-Roy2

 

Mais… des effluves marins

Franchissent les hauts murs

De ce lieu aux desseins obscurs

Que j’oublierai sans doute demain

 

 

Là-bas la corne de brume

Appelle au rassemblement

 Je dois fuir  le casernement

Sans aucune amertume.

 

Icare en mots ressuscité

Par la grâce d’une plume

Surgit tout nu de l’écume

Où il s’était pauvrement abîmé.

3 08 08 246

 

Pour survoler la ville assoupie

Point n’est besoin de trompette

Icare, sors-moi de ma cachette

 En profitant de la fin de la nuit.

 

A toi s’offre une autre chance

Nous ne sommes pas loin je pense

De cette barque isolée dans les remous

Tu pourras avec moi réaliser ton rêve fou.

 

Nous survolerons la ville austère

Nous serons les évadés à tire d’ailes

Les oubliés devenus complices fraternels

En quête d’un destin solidaire.

3 08 08 255

 

Partons en direction du pont

Avant que le soleil n’illumine le matin

Sous les arches commence le chemin

Qui nous mènera tout droit vers l’horizon.

 

Je suis comme ces barques en bois

Venues du fond des âges : elles s’étiolent,

Se délitent ; ce sont des symboles

A garder des courants d’air sournois.

 

Au fond de l’estuaire il est un royaume

Loin des parquets cirés, des salles de musées

Où tout est permis, même délirer

La barque nous y mènera : home ! Sweet home.

Maïté L

***

20

Oh, mais méfie-toi de l’absinthe,

( non pas que je prône les privations ),

mais il est bien connu que cette boisson,

n’a pas qu’un tendre vert dû à sa teinte…

 

Je me rappelle de cette dame hébétée,

Qui a un drôle d’air,

Juste en-dessus de son verre,

  • Allez, A votre santé ! –
  • unnamed

–   

–     Degas    – le  verre  d’absinthe

 

 

Allons ce n’est qu’une petite dose,

Et hop ! Un petit apéro !

  • on va pas s’noyer dans un verre d’eau ! –

Et ça aide à chasser le morose …

 

Voila le bar qui tangue,

On commande des blanc-cass,

Autres breuvages ( et j’en passe )

Et même à saveur de mangue …

 

 

Et s’il faut qu’on écluse,

Tous les apéritifs,

Cà tient de l’exploit sportif,

Style « radeau de la Méduse »

unnamed

 

 

 

Car on peut donner dans l’exotique,

Voyager ainsi coûte moins cher,

Que mettre le bateau à la mer …

Ou même un canot pneumatique…

 

Quitte à boire la tasse,

Nous revoilà dans l’océan,

Qui s’étend indéfiniment ,

….   Grand bien nous fasse,

tasse mer

 

 

Si la soif peut s’étancher

Avec un café-crème,

J’irai trinquer avec les sirènes,

( Par-dessus bord, se pencher …).

 

Il n’est pas sûr qu’elles apprécient ce breuvage,

Elles préfèrent me rendre un peu fou,

En provoquant des remous,

Et que la tasse se partage.

 

Qu’à cela ne tienne,

Elle vont me servir de guide,

Dans l’étendue liquide,

Ce sera une bien douce peine…!

J Waterhouse

 

 

                            peinture  J Waterhouse

 

Mais je ne m’attendais pas,

– j’ai peut-être trop parlé –

A ce que l’eau fût salée,

( et trop pour assaisonner le repas)

 

Je vais laisser ça aux sirènes :

Là où elles sont,

En compagnie des poissons,

Elles seront les reines…

divin breuvage

 

Et question de boire,

Je préfère les bouteilles,

Marquées au seau du cep vermeil,

aux tisanes « saveurs du soir »

 

Si je fais appel à mes souvenirs,

-autant que faire, je puisse –

C’est un goût de réglisse ,

Pour mieux se préparer à dormir…

 

Je vais plutôt quitter la mer,

( et tant pis pour toute cette eau )

Pour transformer ce vaisseau,

En engin inter-planétaire…

extrait J Bosh La tentation de St Antoine

 

–                            (extrait de tableau  J Bosch: la tentation de StAntoine )

 

 

Hop, voilà que je me marre,

Je lui ajoute des ailes,

Avec de la colle en gel,

Et voilà que je démarre…

unnamed (1)

 

 

Je compte bien remplir mon quart,

Avec du jus de nuages,

Si je capte un orage,

A leur ombre: – pas de souci pour Icare…

 

On dit même que l’imagination,

Aurait poussé les voiles,

Jusqu’à aller tutoyer les étoiles…

Tu vois jusqu’où va la passion !

 

Mais la boisson est mauvaise conseillère,

J’ai cru voir des druides,

A travers le verre vide…

Allez —         je reprends une bière !

unnamed

 

 Re Chab

***

21

 

« Dois-je vous dire où nous allions en ce très-court voyage ? Il fut rapide et comme un rêve, le but importe peu »

                                                                                     Odilon Redon

Photo011

Tutoyer les étoiles

A tu, à toi

La nuit tue

La nuit bue

Jusqu’à la lie

Le verre renversé

Et sonne la cloche

Contre le vaisseau

De l’espace.

11 05 2010 028

Déjà je m’envole

Icare sur mes talons

Je vire, je monte, appuie sur les boutons

C’est un jeu d’enfant

 Que la marelle d’antan

11 05 2010 058

Elle esquive les nuages

Qui doucement

S’en vont à la dérive

DSC_0427

Je choisis l’un deux

Avec oreiller incorporé

Pour nous y poser

Sous les astres animés

D’oreilles intergalactiques

De tics à clignotements

De ponts brillants.

3 08 08 267

Je cligne des yeux embrumés

Tu t’impatientes dans le bain

Dans les vapeurs célestes

16 10 10 261

Ici nul breuvage râpeux

Mais un brouillard

A siroter à la paille

A découper en tranches

Nulle gourmandise sournoise

Sucrée et  voilée d’interdits

16 10 10 284

Juste le ciel en escaliers

Et le soleil dispensé

A chaque étage franchi.

Là-bas Je n’ai que trop parlé

Et l’écho me parvient

Du brouhaha terrestre tandis que

La bouche en o

J’étouffe les sons.

03 12 10 026

Ici je ferai mon trou

Et  me reposerai  sur la voie lactée.

J’aspire au bon heurt du premier orage

Je serai le roi tu seras le bouffon

Nous aurons nos oracles

Nos cœurs battants

Nos milliers d’années

Rassemblées en petites coupures

Mais ici rien ne sert de compter

Au monopoly du cœur

Tout n’est qu’apesanteur.

08 02 2011 015

Je ferme les volets

Icare dans ses ailes s’est lové

Je peux reposer en toute liberté

Tournez vaisseau dans l’univers

Au bal des planètes, vous êtes convié.

Maïté L/16-04-15

***

22

19-04-15

voie lactée

« Seuls quelques grains brillants,

Parsèment les années -lumière, »

 

Le trajet dans l’espace,

Prend appui sur le vide.

La fusée voyage au cœur du noir,

On ne sait même si elle progresse,

Tant l’échelle du temps,

Se dilate en apesanteur….

 

Un temps qui dépasse,

Le vaisseau intrépide ,

Sans qu’on puisse s’en apercevoir,

Une si frêle forteresse,

Allant de l’avant ,

( le vol des migrateurs

 

vers d’autres planètes ) .

Seuls quelques grains brillants,

Parsèment les années -lumière,

La voie lactée, la plus proche,

Est un bain de vapeurs célestes,

La destination reste incertaine …

 

C’est comme un voyage dans la tête,

Ou comme un jeu d’enfant,

Quand on ferme ses paupières ,

On se réfugie sous une cloche,

En oubliant les soucis terrestres,

Et refermant ses antennes .

 

Je referme aussi les volets,

J’invente les oracles,

Et mille aventures,

En suivant ta marelle :

Plonger dans le temps, à l’envers,

Loin de la gravité,

 

Des étoiles en chapelets

Je crois aux miracles

En petites coupures

Arrivé sur la case ciel,

Bondir dans ton univers,

Et l’espace rêvé de l’été.

RC

  ***

23

20-04-15

DSC_0126

« Tu regarderas, la nuit, les étoiles. C’est trop petit chez moi pour que je te montre où se trouve la mienne. C’est mieux comme ça. Mon étoile, ça sera pour toi une des étoiles. Alors, toutes les étoiles, tu aimeras les regarder… Elles seront toutes tes amies… » Le Petit Prince

*

Devant le hublot, Le Petit Prince

En route vers sa minuscule planète

Chevauchait un ruban d’étoiles

Venant coiffer le chapeau de la Terre.

 

Il aimait l’été comme je l’aime

Ses grillons dans les prairies

et ses grenouilles près de la source

Ses nuits veloutées et ses étoiles filantes.

 

J’aime aussi l’étoile du Berger

Allumant la nuit de son feu brillant

Et la Lune dans son dernier quartier

Dans les cyprès du ciel étoilé.

 

Au vent de terre, au vent de mer

Succède le vent de l’univers

Où Van Gogh se perdit corps et âme

 Quelque part en Provence.

 

Jaune était son monde

Roué d’oliviers, de cigales

Orange claquait la vie

Et rouge sang finit le cri.

 

Tout cela n’est que souvenir

Faisons route pour les quatre saisons

La case ciel est bien plus profonde

Qu’une envolée de bête à bon dieu.

 

Mille fourmis de Vénus dansent

Sur la sarabande des étoiles

Le vaisseau conduit à travers le monde

Des ombres au chemin de lumière.

 

Au pied des réverbères, seule

Une fleur de lune attend son prince

Ou bien son jardinier des cœurs

Nous le reconnaîtrons à son rire.

 

L’univers est bien trop grand

Pour qu’on le foule du pied

Mais dans  la tête, tu as raison

Fleurissent les miracles.

 

Ils ont la saveur douce de l’été

Au rendez-vous des étoiles

L’hémisphère nord, l’hémisphère sud

N’ont plus besoin de boussole.

 

 Sur la terre des histoires

Seul point fixe du nord magnétique

Une infinie tendresse nous relie

Au Petit Prince de cet univers tournoyant.

Maïté L

***

24

22 04 15

C’est, extrait du livre de l’enfance,

Le Petit Prince, qui met le pied

Sur une planète fragile ,

(sculpture: Sadko )

 

On y entend, si on écoute, une brise

Qui chante dans les arbres, la vie

loin de avions qui passent

 

Et la caresse chaude des jours de l’été.

Le Petit Prince progresse, il ne lui faut pas longtemps

Pour  passer au-delà des sables des déserts , le gué

 

Des îles aux continents, sans se mouiller les pieds.

Il s’interroge avec insistance, sur la forme des montagnes,

Le silence blanc des déserts, l’aventure des rivières

 

La succession des villes, et des maisons jouets

Sagement alignées, le long des routes,

Et les supermarchés,           sont une grande attraction.

 

S’il veut dessiner des moutons, demander son chemin,

Il n’obtient pas de réponse, car on ne le comprend pas,

Déjà les hommes se barricadent chez eux , derrière leurs frontières,

 

Et ne se comprennent pas d’une région à l’ autre :

Mais au-delà de ces  murs on entend de la musique

Elle qui passe sans qu’on puisse l’arrêter  :   ♫  ♫

 

Comme le vol des colombes

Sur la frêle planète  :

On entend, si on l’écoute,

 

Tout de l’amour, et des langages, sans paroles.

La planète, ne disant rien,

finit par tout nous dire…

 

D’une  fleur  de lune,

Le bouquet  des étoiles,                          *  *  *

Leur dialogue  sans boussole …              ☼

Reparti dans  ses lointains  rivages,

Notre Petit Prince, désigne les étoiles amies,

Qui toujours, nous  sourient

 

peinture  J Mirò:  petit  chien aboyant à la luneImages intégrées 1

 

Et scintillent aussi,

Confrontées  à leur mouvement suspendu,

Au cœur  du zodiaque….

 

®

 

***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *