Tout contre les murs, l’étoffe du temps –

« Ainsi le mur dans ses pierres est-ce un motif pour dire où nous en sommes. Elévation des pierres et des mots. La langue creuse les fondations, l’herbe reprend notre mémoire Nous écoutons ce qui rassemble en nous d’autres lieux et d’autres temps où rien ne fut inscrit. »
 GEORGES DRANO

????????????????????????????????????

**

Nous voici partis pour  explorer le livre des murs et leurs diverses « géographies »; avec leurs strates semblables à celles sur lesquelles s’élèvent les villes(la vie aussi?) et dont on découvre l’histoire pas à pas.

Et comme dans chaque balade, il y aura des allers simples et des retours, des livres à ciel ouvert et d’autres dans les entrailles de la terre,une ouverture vers le street art, des témoignages discrets et d’autres éclatants de couleurs, des digressions au fil de la pensée, des bonds de pierre en pierre, de fleur en fleur, de parfum du passé en lumière du présent: ainsi se tisse l’étoffe du temps.

***

1 par Re Chab

des murs  (  le chant des plantations ….)

-Elle s’accroche dans les creux,

Dessine des arabesques ,
Des floraisons au sein
des murs arides .
Et cela grandit,

D’abord en lichens,
Recouvrant petit à petit,
L’écriture penchée
« défense d’afficher »,
Encore visible sur l’enduit.

Il disparaît à plusieurs endroits,
Révèle des pierres,   bien jointoyées,
Où bientôt ,          pointe de la couleur,
Un rose insolent,
Une fleur .

Elle échappe au sévère,
Et          s’est trouvée une autre nature,
Autant de vie,
A défier            le ciment
En un nouveau printemps.

????????????????????????????????????

***

2 en écho

P1060337

Mur, muret ou muraille ?

Il y a des murs qui disent oui

Et d’autres qui disent non.

 

Ils s’habillent de ciment

Se lissent, s’oublient

Se murent dans l’oubli

Se cachent à la vue

Se dérobent, se neutralisent

Même les ombres ne s’y arrêtent guère.

 

D’autres  se dévoilent au passant,

Et l’affichent ROUGE

Ou bien disent à la face du monde

A l’œil et au doigt s’y promenant

Qu’ils sont accueillants.

Ces murs généreux

Nous renvoient la chaleur

Lorsque notre énergie est morte

Ou bien nous épaulent

Lorsque nous semblons rendre l’âme.

 

Mot à mot sur le mur primitif

Les pensées prennent vie

Les fleurs de lumière  s’y lovent

Sans terre, sans eau mais si vives

Qu’on y lit le livre du printemps

Parfois, l’automne y fait ses gammes

En chevelure frissonnante de feuilles

En guirlande de lierre prospère

Où le lézard joue à la balancelle.

 

Soudain l’horizon s’illumine

D’une fleur des chants

D’un arbre jailli de ses entrailles.

Le mur a parlé, le mur fait racine

Et la vérité s’élève vers le ciel.

Qui fit un mur, édifia un tableau

Qui fit une barrière la vit prendre mot

Qui planta un arbre lutta contre poussière

Qui lut le proverbe fut initié

A la langue des signes.

Maïté L

clairière

photo prise en bordure du parc de la sérénité/ Mérignac 33

***

3-Petite suite

Vois-tu ce que les murs cachent,

Avec leur robe de ciment,

Leurs cheveux de piquants,

aux tessons qui dépassent… ?

a

 

Ce que certains interdisent,

C’est d’abord le regard :

Devant le corps, une barre,

Contre la convoitise…

 

Je ne sais s’ils sont accueillants,

Si ce sont ceux qui enferment,

En montrant leur épiderme

Même s’il est verdoyant.

 

Et, il est vrai, plus sympathique,

S’il est couvert de lierre,

Qu’hérissé de barres de fer,

Et autres piques.

 

Mais ce peut être le mur d’enceinte,

Prolongeant les pentes escarpées,

D’où l’on ne peut s’échapper,

Qui symbolise la contrainte.

b

 

-photo perso        – enceinte  de Loropeni ( Burkina-Faso)

 

Celui de la prison,

Ou la loi se fait ciment,

la logique de l’enfermement,

Enrobée de béton.

 

Celui de la ville,

Qui se barricade,

Et joue la canonnade,

De peur qu’on la pille…

c

 

 

Celui du mur de la honte,

Qui tronçonne les quartiers,

( c’est pour mieux vous châtier,

Qu’on les monte ) !

 

Alors je préfère ceux,

Qui se manifestent,

Que les graffiti contestent,

Ou qui sont moins belliqueux.

d

 

 

La verticale est un obstacle,

Dressé contre la nature,

Et je n’aime les murs,

Qu’en tant qu’habitacle.

 

Ou bien ceux qui parcourent la campagne,

Et n’évoquent pas le bagne…

Pour séparer les champs,

Comme dans les îles d’Aran,

e

photo; murs  sur l’île  d’Aran ( Irlande)

RC

***

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

4- C’est l’histoire d’un mur amer…

Acte I : Dans les jardins :

Il y eut toutes ces années d’enfances

De simples haies de verdure

Livrant le passage à des jeux sans fin,

Trois maisons sans frontières

Et des poursuites, et des rires entre les arbres :

Les bambous, le tilleul

Le lilas et le chêne

L’immense magnolia aux feuilles vernissées

Et le vieux cerisier…

 

Acte II : Un jour la maison fut à vendre : ils ne l’avaient jamais aimée.

 

Le vieux cerisier abandonné
Fait ses adieux sans avoir démérité
Aux oiseaux et au vent.
Arbre courage à la généreuse blancheur
Il défie les tristes panneaux
Posés à la hâte sur le portail
Grinçant à deux vantaux.
A vendre. Propriété tombée en disgrâce.
La villa se décompose les volets clos
A l’ombre du magnolia et du vieux tilleul.
Les chats , passagers du silence
Effacent les ans sur le seuil usé.
J’ai mal au tendre aubier de l’an
A ses branches murmurant aux passants,
Que les oiseaux n’auront pour tout festin,
Qu’une parade en pétales blancs.
Le cerisier touchera terre
Avant le prochain printemps.

Acte III : Fin des arbres.

 Peu de temps après l’écriture de mon poème « le vieux cerisier » une pelle mécanique arriva et j’assistai au carnage : la chute sauvage des arbres arrachés, cassés.

Le cerisier n’eut droit à aucun égard.

 

Acte IV : Les travaux de construction :des murs montent, montent…

Musiques de vie

Un matin ordinaire
à l’éveil d’un chantier:
Soudain, quelques bribes
d’un chant de son pays.
Mais qu’il est loin l’été à recoudre les racines!
Des marteaux de non cadence
et un klaxon en transbordement
du sable, du sable qui dégouline,
des fausses pyramides
des plages où la sueur
Vient faire barrage au gel.
Des pelles silencieuses
à tournebouler la terre
Tam tam de grosses caisses
et flon flon mécanique en béton
Un matin si ordinaire…
Au loin résonnent encore des pépins amers
Des clameurs, des nuits de rancoeur
et de fronde,
couleur de feu, couleur de sang.
J’ai peur
Quand les mots enflent,
Quand les gestes dérapent,
Nous laissant Marionnettes pensantes
De tous ces mondes parallèles.
Marionnettes aux aguets
spectateurs ou acteurs
Nous écoutons
tous ces grains de l’hiver
ces musiques de vie
si emmêlées.
Qu’on ne sait
qui tire
les ficelles….

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

 

Acte V :Fin

Le  grand bâtiment ouvert au public, le grand cube construit nous  cache les ciels enflammés du crépuscule. Il y a quelques jours encore, je les apercevais dans le miroir des fenêtres.

Nous appelions de tous nos vœux la construction d’un mur, d’une palissade nous rendant notre vie, un semblant d’intimité, nous séparant de nos nouveaux voisins

Il est là, en bois….

C’est l’histoire d’un mur, l’histoire d’une page qui se tourne, un point de rencontre entre la nostalgie d’un passé révolu et la raison.

 

Mais il est  toujours aussi  vrai que « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas.

reflets-042

Maïté L

***

5-par Re chab

 

Muraille


Autant il s’agit d’une masse,

Qui se dresse,

Mais qu’il a fallu jauger,

C’est à dire évaluer,

Dans son volume futur,

De pierres, de ciment,d’armatures…

Et combien de camions ont été nécessaires,

Mais aussi les tranchées, les soubassements,

Les drains d’où l’humidité s’échappe  ;

 

Autant il s’agit de la mettre en œuvre,

Cette muraille ;

De soulever le poids d’une pierre,

De l’aligner sur la voisine,

De l’épanneler,

De choisir la bonne assise,

Le bon angle,

De l’élever progressivement,

D’utiliser les grues,

D’extraire le sable de carrière….

1

 

 

La construction s’arque-boute

Sur elle-même,

Pèse de sa propre masse,

Sur sa verticale,

Sur les pierres de la base,

Sur les fondations.

Elle joue la carte de la durée,

Et déjoue même dans la mémoire,

Son origine,

Le pourquoi de sa présence ici….

2

 

( mur  d’enceinte  de Rome, construit par Aurélien)

 

Elle clôture la propriété,

S’orne d’arcades,

Se pare de meurtrières,

D’un chemin de ronde,

S’élève en tours,

Gravit les pentes,

Dessine les contours de la ville,

Puis   jusqu’à la démesure,

Une frontière,

( La Muraille de Chine .)

 

La marque de la puissance,

La verticale de l’arrogance,

Mais qui porte en son sein,

La crainte,

Celle de ceux dont on se protège,

Et qui parviendront,

A trouver le défaut de la cuirasse,

Si la vigilance chancèle,

Si les dynasties faiblissent,

Et se diluent dans le temps.

3

 

 

 

Car c’est justement le temps,

Qui morcèle les murs.

L’envahisseur viendrait

Davantage de l’intérieur,

Si d’autres usages font,

Que la muraille n’est plus utile,

Ou finit par encombrer  :

On s’en sert de carrière,

On l’arase, on la perce,

D’autres constructions s’adossent à elle….

4

 

Offerte aux intempéries,

Elle suit le cours des choses,

Se ride et se lézarde,

Et il n’est pas rare que des racines

La soulèvent, pénètrent les interstices,

Lui donnent un fruit,

Et qu’à la poussée de la terre,

Quelques pierres se détachent,

Et même , que des pans entiers

Se décrochent                       comme par lassitude…

5

 

(chute  d’un des remparts  de Parthenay)

***

6- Le château de Bonaguil ou  la force tranquille

????????????????????????????????????

Bonaguil  M Ladrat

 

Aujourd’hui sans doute, il pleure contre ses flancs

Des larmes de pluie, des pétales odorants

Mais la muraille en rit : les larmes viennent heurter en vain l’infini.

Le temps n’a pas de prise sur le bâti, sur le château

Qui d’un lointain enfoui  sous les strates nous fait signes.

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

 

Mais quand vient l’été

 Alors, le soleil généreux du Sud-ouest

Effleure les pierres où le vent vient baguenauder

A l’ombre du sentier pentu.

Le regard s’élève ou  bute… Contre la lourde porte

Où vient s’engouffrer notre imagination

Devant quelques costumes entrevus :

De longues et lourdes robes nous font rêver

Tout comme les armures où jouent les reflets.

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

 

Bonaguil se dévoile lentement…

De loin il campe en majesté sur son éperon rocheux.

 Il faut prendre le temps de s’en approcher, faire halte à ses pieds

Laisser monter l’émotion, s’y  sentir accepté

Autorisé  à caresser de la main le destin des pierres

 Et du regard admirer leur tourbillon, leur audace.

Pénétrer dans le cocon d’entre les murs nous entraîne

Vers les tours aux plafonds blonds et circulaires

Dans l’enfilade des pièces,  devant la grande cheminée

De la salle d’apparat où flambaient des troncs entiers

Dispersant  leurs étincelles et leurs jeux d’ombres.

Et puis s’asseoir à la table massive, prendre la plume maladroitement

S’essayer à la  calligraphie en mode médiéval…

Si loin de toutes ces flèches fusant des archères

Leur préférer l’instant-bulle  fugitif  des cœurs de lumière.

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

Bonaguil, pierre après pierre nous fut conté

Lui, le château peu à peu restauré, jamais abandonné.

 Aujourd’hui, Bonaguil n’en finit pas de vibrer

 Laissant à ses visiteurs une émotion profonde.

Maïté L

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

http://www.chateau-bonaguil.com/fr

***

Les vivres de l4art 2014a

Les Vivres de l’Art/ Bordeaux 2014

7-_ Par Rechab le 31 05 15

Ce sont des façades qui portent en elles les fatigues.

L’envers de la surface décrépite,maintenant offert sur l’extérieur

L’air les traverse, et les intérieurs s’éparpillent.

Avec leurs entrailles de câbles, de tuyaux, de conduits, qui sont, de la sorte,   comme dans nos corps, les circuits que nous portons,                sans en avoir forcément conscience.

On sait que le sang pulse, que l’oxygène nous est nécessaire, que les nerfs transmettent les sensations, et permettent le mouvement.

 

Les maisons sont alors ces corps, laissées pour compte, mais leurs murs encore debout.

Sentinelles, marquées de la pulsation du passé.

Tu peux voir, leurs papiers peints, changeant selon les étages, une mosaïque de couleur, des gris, des roses, des verts…. et la destination des pièces :

Une mise en scène involontaire, préservant ,  par l’ombre, l’emplacement où les meubles et les tableaux sont restés immobiles,      sur l’échelle des années .

Les alignements verticaux des lavabos et des baignoires, les portes,     qui ne débouchent plus sur rien.

Comme si la vie était suspendue aux ustensiles,           hésitant entre sa disparition et le témoignage.

Une rampe d’escalier serpente, à la façon d’une colonne vertébrale.

Des pigeons s’y accrochent.

C’est une falaise écorchée.

Le clos est ouvert, donné au vent : un corps déchiré sur l’indifférence ;         sans intention de montrer.

Même pas le corps disséqué de la « leçon d’anatomie »

 

 

Le regard y plonge, et c’est presque indécence.

????????????????????????????????????

Bordeaux Les Vivres de l4art 2014

(  j’avais  déjà  écrit  il y a longtemps  quelque  chose  sur  ce thème, visible ici)…

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *