Archive for the ‘Fête du fleuve 2013’ Category

La fête du Fleuve et le départ du Cauhtémoc-fin-

mercredi, juillet 3rd, 2013

Dimanche 2 juin !…

L’entraînement à la course continue…

Sur le site de la Fête du Fleuve consulté très régulièrement, le départ du Cauhtémoc était annoncé pour le lundi 3 juin en début d’après-midi. Je voulais ab-so-lu-ment y assister tout  comme j’avais rêvé quelques années auparavant d’assister au départ du Belem dès que mon activité professionnelle me le permettrait.

 Nous étions donc sur un tout autre projet le dimanche, qui nous mènerait loin du Cauhtémoc.

Dimanche ,13 h…

Repas pris sur le terrasse, méritant d’être noté tant les beaux jours sont rares et éparpillés dans la saison ; préparation pour partir vers d’autres horizons …quand, en jetant un coup d’œil aux dernières nouvelles, avant d’éteindre l’ordinateur, je lus que le départ du Cauhtémoc était imminent, entre 13h 30 et 14h probablement !

information lue en ces termes:

« Fête du Fleuve : le « Cuauhtemoc » quitte Bordeaux en début d’après-midi: Le pont Chaban-Delmas se lèvera aux alentours de 13 h pour le laisser passer »

 

J’en restai baba ! Il était 13het des poussières, j’avais lu le matin-même que Le Cauhtémoc prolongeait le temps des visites à bord tard le soir pour satisfaire les nombreux visiteurs et soudain, revirement,il partait !

Tout d’abord, durant quelques secondes, je crus à une blague ! Une mauvaise info ! Le site de la Fête du Fleuve affichait toujours le départ pour le lundi à 14h…Sur le quotidien Sud-Ouest en ligne il était dit qu’en raison des difficultés dues au débit du fleuve et à tout ce qu’il représentait de dangers potentiels, le Cauhtémoc avait choisi d’avancer son départ : tout cela était plausible .

 13h05 …Le Cauhtémoc part bientôt ! à 13h 30 les marins rejoindront la mâture pour la parade finale !!!!!!!!!!!

 Que faire ? Téléphoner à l’Office de tourisme un dimanche ?y aller en vélo ? mais que faire des vélos ensuite? Bottes de sept lieues introuvables !Tapis volant aussi ! En moins de temps qu’il ne faut pour vous l’écrire, la décision est prise : nous tentons !

13h 15…Nous partons, attrapons le 1er tram au vol, le 2 ème aussi. Jamais nous n’avons vu un tram avancer aussi lentement alors que la voie est libre le dimanche après-midi ! Arrivés à l’arrêt « Quinconces », nous descendons en toute hâte car mon mari aperçoit les premiers marins monter le long des mâts !

DSC_3459

 Une longue ligne droite : le Cauhtémoc en point de mire…Et la course commence  sous les arbres, tout en effectuant les réglages en urgence de l’appareil photo !

DSC_3460

13h 35 :Arrivée sur les quais :course accomplie sans m’emmêler les pieds !

DSC_3466

Heureusement il y a suffisamment de marins sur le trois-mâts pour que nous puissions les voir monter, les voir s’installer sur les vergues, accompagnés par la musique.

DSC_3467

DSC_3471

DSC_3474

DSC_3476

DSC_3478

Lorsqu’ils seront tous en place, nous reprendrons les jambes à notre cou pour ne pas être gênés dans nos photos, par le « Quest for Adventure »  que le Cauhtémoc saluera plus tard au passage.

DSC_3479

DSC_3480

DSC_3484

Favorisés par l’effet de surprise du départ précipité du Cauhtémoc, nous trouvons facilement  une place près de la rambarde à mi-chemin entre le trois-mâts et le Pont Chaban-Delmas.

DSC_3481

DSC_3490

DSC_3491

14h:Le spectacle n’aura pas duré pas longtemps. Comme à son habitude le Cauhtémoc sera à l’heure ! On ne badine pas dans l’armée mexicaine et de toute façon, le départ d’un navire quittant Bordeaux doit s’effectuer exactement 2 heures avant la marée haute afin de gagner l’estuaire et l’océan dans de bonnes conditions.

DSC_3507

DSC_3508

Le remorqueur l’assiste puis rapidement s’écarte. Il viendra se placer aux côtés du trois-mâts et peu avant le passage sous le Pont, se placera derrière lui.

DSC_3501

DSC_3511

DSC_3510

DSC_3517

DSC_3523

DSC_3524

Un dernier coup de corne et bon vent !Au revoir Le Cauhtémoc !A bientôt!

DSC_3533

Evidemment tout cela  me fait réfléchir…

DSC_3008

Ce ne sont que des hypothèses mais…

La ville souhaitait garder le Cauhtémoc à quai jusqu’au lundi, la Fête du Fleuve se terminant le dimanche soir.

Le Cauhtémoc a un haut pouvoir d’attraction auprès des adultes et des enfants : il a reçu beaucoup de classes à son bord ; nous avons pu le constater nous-mêmes.

Les voiliers partis la veille, Le Cauhtémoc partant le dimanche après-midi, la Fête n’avait plus la même saveur…Donc a-t-on l’info…mais de façon confidentielle ! Ou est-ce une négligence de mise à jour sur le site de la Fête du fleuve ?

Je ne connais pas grand-chose à la marine, mais n’allez pas me faire croire qu’un bateau de cette importance, avec la rigueur dont il a fait preuve à chaque étape n’avait pas prévu de partir !Il connaissait depuis la veille et le départ de la Solitaire les conditions de navigation sur la Garonne.

Sur le site de la course du Figaro…j’ai pu constater rétrospectivement que le départ du Cauhtémoc était fixé au 2 juin, l’info publiée le …28 mai.

Dommage pour tous ceux qui auraient pu venir nombreux assister au départ du Cauhtémoc !

Ainsi se termine mon reportage que j’ai bien failli ne pas mener à son terme ! La chance heureusement est parfois au rendez-vous !

DSC_0026

Maïté L

La Fête du Fleuve et le Cauhtémoc dans la nuit

dimanche, juin 23rd, 2013

 Dans la nuit du samedi 1er juin au dimanche 2 juin

« Feuilles de jour et mousse de rosée,

Roseaux du vent, sourires parfumés

Ailes couvrant le monde de lumière

Bateaux chargés du ciel et de la mer

Chasseurs des bruits et sources des couleurs »

                                                                             PAUL  ELUARD

Nous n’étions pas à Bordeaux pour voir le feu d’artifice, mais au retour de notre virée, nous avons fait un grand crochet, non prémédité, pour apercevoir le Cauhtémoc de nuit. L’apparition du bateau fut à la hauteur de nos attentes.

 La rive droite, lorsqu’on s’éloigne du Pont de pierre est bien sombre : Nous apercevons  un groupe de grands buveurs reconnaissable au nombre de bouteilles vidées, dont nous nous écartons prestement. Nous préférons nous approcher d’un photographe venu comme nous contempler la rive gauche depuis La Bastide où l’on a le meilleur point de vue sur le Port de la Lune.

L’approche progressive du trois-mâts nous mènera près de lui. Une fois passé le Pont Chaban-Delmas, la foule amassée pour le feu d’artifice ayant déserté les lieux, les quais sont paisibles ; nous pourrons au mieux profiter du spectacle du bateau éclairé, spectacle dont j’aurai du mal à me détacher, je l’avoue.

DSC_3409

Rive droite :

Dans l’herbe mouillée

Du bout du doigt suivre le liseré des lucioles

 Qui montent, descendent sans bruit au loin.

Sur l’autre quai, les toits blancs éphémères et

 Suivre  La Barque immobile et puis s’approcher

Du fleuve roulant sa charge, ses paquets.

DSC_3433

 

 DSC_3434

La brise et le vent de roseaux affleurent

Cheveux dans le cou, cache-cache entre les bosquets

Le noir en trombe d’arbres déchiquetés,

Les bouillonnements faisant flots  vers l’estuaire.

Tous feux éteints les eaux cuivrées ou

Le Pont de  pierre en arches, moi  suspendue aux fils de  la nuit

Aux fils de la ville, à ses lampes-tempête, ses lanternes élevées.

 

 

 DSC_3438

La colonne des Quinconces et ses ailes vertes

D’insecte livré à l’asphalte loin des herbes sèches

Chaque pas nous rapproche de la communion

De l’immobile danse et de la courbure de la coque.

Il est déjà 1h 30 ou plutôt  2h,le temps ne compte plus

La morsure de la nuit, du froid se glisse sous la chemise

Au plus près du rêve qui palpite et s’imprime recto verso.

DSC_3428

 

Rive gauche :

Il est là : En majesté les voiles à demi-relevées

Ses belles d’aventures aux jupons de pervenche

Retroussées  loin des hautes cheminées,

Les mâts et les drapeaux, pour ne jamais oublier

Dans le fracas des bordées, qu’un bateau à quai

 A des fourmis dans la proue,  et des envies de marées.

DSC_3444

 

« La nuit se baigne dans les puits

 Le risque de mourir s’annule

Comme deux des chiffres zéro

Une mousse de bleuets

A blanchi jusqu’à la corde

La grand’  voile de couleur »

                                         PAUL ELUARD

DSC_3446

 

 

 

 

C’est sa dernière nuit à quai

Mais je ne le sais pas encore…

Je l’apprendrai quelques heures plus tard et…

Ce sera encore une fois de plus…la course..à suivre !

Maïté L

DSC_3456

« Oui, ce soir, dans le silence

              De la nuit

Le monde sans fin, sans bruit,

              Se balance »

FERNAND  GREGH

 

 

 

La Fête du Fleuve 2013: Arrivée et départ du monocoque de Yann Eliès

dimanche, juin 23rd, 2013

Arrivée à Bordeaux:

DSC_2941

DSC_2942

***

Article du journal Sud-Ouest du jour:

Yann Eliès, qui a mis si longtemps à gagner sa première Solitaire, est entré dans l’histoire de cette course hier à Dieppe (Seine-Maritime) en remportant la 44e édition. Il est devenu ainsi le premier skipper de l’ère moderne à gagner deux fois de suite la Solitaire du Figaro, près de 40 ans après la double victoire de Guy Cornou (1975 et 76), quand l’épreuve, tout juste née, s’appelait encore la Course de l’Aurore.

Eliès, 39 ans, 2e de la dernière étape derrière Adrien Hardy, l’a emporté avec panache et dans la douleur, menant avec quelques autres spécialistes du gros temps un train d’enfer le long des côtes anglaises, balayées par une forte dépression d’ouest.

Une étape d’enfer

Les moyennes enregistrées par le groupe de tête entre le phare de Wolf Rock, au sud des Cornouailles anglaises, et la bouée Fairway, dans l’ouest de l’île de Wight (sud de l’Angleterre) sont hallucinantes: 14 nœuds pour les meilleurs. Et ce, pendant une douzaine d’heures, sous spi dans une mer formée, avec des pointes à 17-18 nœuds, voire plus.

Le tout sur des bateaux -des monotypes Figaro Bénéteau 2- qui ne mesurent que 10,10 m de long.

Dans ces conditions, les gros bras de la course au large -dont Eliès, Jérémie Beyou, Armel Le Cléac’h et Michel Desjoyeaux- ont fait fumer les étraves, n’hésitant pas à envoyer et garder les spinnakers dans la « brafougne » (vent fort).

Les guerriers et les frissons

Eliès, superstitieux, accueillait sa seconde victoire avec un grand bonheur. « C’est incroyable, je n’y croyais pas des masses en partant, a t-il déclaré en arrivant. Il a fallu s’arracher, avec (Xavier) Macaire (qui a pris la 3e place à Dieppe) et Hardy. Ce sont les deux Indiens, les deux guerriers qu’il fallait, ils ne lâchaient rien (…) C’est un combat, il faut le mener jusqu’au bout (…) Dans la douleur, car il a fallu y aller, mettre du charbon Xavie et Adrien n’ont rien lâché. Quand ils en mettaient une couche, j’en remettais une… », a-t-il plaisanté. ».

« J’ai pensé à mes enfants, j’avais envie qu’ils soient fiers de leur père », a aussi déclaré Yann Eliès . « Quand je pensais à eux, ça me donnait des frissons, je me disais qu’il ne fallait rien lâcher . C’est sûr que je reviendrai (sur la Solitaire du Figaro) pour les émotions que ça procure », a-t-il poursuivi. « Etre passé à deux doigts de faire demi-tour (dans la 3e étape, après avoir été victime d’une avarie technique, ndlr) et gagner ici, c’est un scenario incroyable! »

« Ça a été une belle bagarre, a-t-il ajouté. Ce doublé, c’est un rêve qui était peu probable… Peu l’ont fait et je l’ai fait! »

Jeudi à Roscoff, au départ de cette 4e et dernière étape, les choses ne se présentaient pourtant pas sous les meilleurs auspices pour Eliès. Après avoir assommé la concurrence lors de la première étape Bordeaux (Pauillac) – Porto, reléguant ses principaux adversaires à deux heures, il avait conservé son avance dans la 2evers Gijon.

La troisième étape Gijon – Roscoff fut celle de la désillusion. Victime d’une mauvaise option tactique au départ puis d’une avarie de gréement, Eliès terminait 21e, avec 32 min et 28 sec de retard sur le nouveau leader au général, Frédéric Duthil.

Duthil, leader lâché

Il a tenu parole. Incapable de suivre le rythme d’enfer des premiers bateaux, Duthil (peut-être victime lui aussi d’une avarie, comme Paul Meilhat et Damien Guillou) a rétrogradé dans les profondeurs du classement et Lagravière a lui aussi été lâché.

À Dieppe, le Briochin Eliès a remporté sans doute l’une de ses plus belles victoires. À la bretonne: dans la brise, de la mer et au terme d’un combat magnifique.

***

Départ de Bordeaux le 1er juin

DSC_3361

 

DSC_3362

 

******* à suivre!

 

La Fête du fleuve 2013: le départ du prologue de la Solitaire du Figaro

vendredi, juin 21st, 2013

Samedi 1er juin, l’après-midi :

DSC_3038

départ du Prologue Bordeaux Pauillac

pour la SOLITAIRE DU FIGARO

DSC_3039

Le soleil est de retour et les 41 skippers de LA SOLITAIRE du FIGARO ERIC BOMPART CACHEMIRE s’apprêtent à quitter Bordeaux.

DSC_3037

DSC_2947

Tout au long de la  semaine, on pouvait apercevoir  les voiliers, et les drapeaux claquant au vent.

Rive droite, La Banque Populaire célèbre son skipper : ARMEL  LE CLEAC’H et son catamaran est amarré au pied de la Banque. Cependant ARMEL  LE CLEAC’H se lancera dans la course, comme les autres skippers, sur un Béneteau. Il sera d’ailleurs vainqueur de la deuxième étape à GIJON.

DSC_3553

 

 Mais hélas, le 1er juin, la Garonne est déjà  en crue plus en amont: elle charrie des troncs d’arbres assez impressionnants. Alors que son débit habituel est  de 650 m3/s, ce jour-là, il est de 3000m3/s, soit 5 fois supérieur à la normale.

DSC_3301

L’organisation de la course, après analyse de la situation a décidé de modifier légèrement les règles du prologue. Parmi les 41 skippers, on compte 6 anciens vainqueurs et CLAIRE PRUVOT, sous les couleurs du Conseil Général du Calvados est la seule femme engagée.

DSC_3332

A ce titre, lors de son entrée dans le Port de la Lune, son bateau avait été vivement applaudi.

DSC_3306

DSC_3290

Nous avons choisi de nous arrêter sur les quais, à mi-course entre le Pont Chaban-Delmas et le Ponton d’Honneur après le « Quest of Aventure » de façon à profiter au maximum du spectacle, grâce à la courbe du fleuve.

 

Nous n’aurons pas beaucoup à attendre, les conditions de navigation obligeant à de la rigueur. Il y a bien une sorte « d’échauffement », de petits mouvements sur l’eau tout près du Cauhtémoc qui font frémir la foule impatiente de voir passer les bateaux.

DSC_3311

Bientôt  les voiliers s’en vont par petits groupes de 4. Comme à l’arrivée ils longeront les quais de la rive gauche, en passant devant les hangars, évitant ainsi tout ce que charrie la Garonne.

DSC_3368

Et pour saluer les bordelais une dernière fois, certains pencheront leur bateau en signe d’au revoir !

DSC_3324

 

 

DSC_3328

 

 

 

 

 

DSC_3330

DSC_3334

DSC_3335

DSC_3336

JDSC_3350

DSC_3354

DSC_3356

DSC_3358

DSC_3327

Juste avant de s’effacer , une fois franchi le Pont Chaban-Delmas.

DSC_3367

DSC_3308

DSC_3377

http://www.lasolitaire.com/

 

à suivre….

********************

 

La Fête du fleuve 2013: La parade des marins mexicains en ville.

mardi, juin 18th, 2013

DSC_3219

Samedi 1er juin : une matinée sportive…mais pas seulement !

 

Le 1er juin étant la journée de la Fête de la Marine Nationale Mexicaine, la Ville de Bordeaux s’est associée à l’événement.

Pour l’occasion un défilé musical des officiers et des matelots du CUAUHTÉMOC doit parcourir les rues de la ville.

 Départ du bateau, traversée des quais, puis cours du Chapeau rouge débouchant au Grand Théâtre, début de la rue Sainte Catherine , rue Porte Dijeaux et rue des Remparts avant de rejoindre la cour du Palais Rohan (Mairie). 

 L’ayant appris au dernier moment, je décide d’aller à la rencontre de cette manifestation.

Arrivée dans les temps Place Pey-Berland, Il me faut renoncer à la correspondance de tram et courir pour ne (presque) rien rater en remontant le trajet prévu… au cas où…

DSC_3217

DSC_3220

9h 15 :arrivée sur les quais ; la cérémonie est commencée sur le bateau. Les chants et hymnes officiels du Mexique et de la France s’élèvent. Peu de monde derrière les barrières et les tentes blanches de la Fête du Fleuve. Les photographes officiels au pied du bateau, quelques joggeurs indifférents, des promeneurs qui s’informent et nous qui jonglons entre les bannières publicitaires, les tentes…

DSC_3225

DSC_3227

Mais bientôt les marins descendent du bateau, se mettent en ordre, en présence des élus et de deux policiers municipaux à cheval chargés d’ouvrir la marche, d’arrêter la circulation, de faire faire marche arrière aux camions-poubelle et autres engins nettoyeurs ainsi que de faire rentrer sur le parcours les panneaux publicitaires juste sortis par les commerçants en train d’ouvrir sereinement leurs boutiques dans les rues piétonnes.

DSC_3237

DSC_3240

DSC_3241

DSC_3246

sur les quais

***

Ayant décidé de me trouver en tête, à tous les points du parcours que je considère comme « stratégiques », je n’aurai plus qu’à prendre les jambes à mon cou, parcourir les itinéraires parallèles.

DSC_3257

DSC_3259

DSC_3260

cours du Chapeau rouge, Grand Théâtre et rue Sainte Catherine

***

La connaissance de l’hyper centre m’est très utile.

DSC_3263

Rue Porte-Dijeaux

***

DSC_3266

rue des Remparts

***

Mission accomplie pour moi à l’arrivée à l’Hôtel de Ville où beaucoup de monde attend les marins mexicains.

DSC_3268

DSC_3277

arrivée à L’Hôtel de Ville

***

Pour rester en tête de ce défilé il fallait soit avoir de grandes jambes , soit avoir eu un entraînement militaire auparavant… Ce n’est pas mon cas, je ne suis propulsée que par mon enthousiasme !

Tout au long du trajet j’ai pu constater au nombre de gouttes de sueur sur mon front et dans mon dos combien le rythme de la marche des mexicains était soutenu et l’enthousiasme des spectateurs palpable. J’ai croisé dans les rues d’autres « coureurs » comme moi ! Le seul avantage : le nombre de marins est tel qu’il est facile de les suivre à l’oreille !

DSC_3279

DSC_3285

DSC_3286

Les marins mexicains sont alors reçus par les élus et terminent leur parade en reprenant en chœur à l’invitation de leur commandant de bord  un « por Burdeos hip hip hip Hurra !

 L’ensemble des marins est alors invité à entrer dans l’Hôtel de Ville. Je suis invitée, comme les autres personnes présentes mais je préfère rester dans la cour et attendre leur sortie, tranquillement en discutant avec d’autres qui ont fait le même choix.

DSC_3288

DSC_3289

La parade est terminée mais les marins qui sortent en ordre dispersé se soumettent encore de bon gré et toujours avec un large sourire à la photo comme je pourrai le constater avant de prendre le chemin du retour avec l’impression que l’énergie dégagée par ces marins si sympathiques est très communicative !

A suivre, la journée n’est pas finie !Elle sera longue !…

 

 

La Fête du fleuve 2013 : La visite inoubliable du Cauhtémoc

mardi, juin 11th, 2013


DSC_2949

Lundi 27 mai, le soleil est de retour .

Nous décidons de profiter du seul beau jour  pour monter à bord du Cauhtémoc. Nous avions déjà tenté de le faire il y a quelques années mais la file d’attente était longue et arrivés au pied de la passerelle, une avarie de cette dernière nous avait laissés déconfits et déçus : on ne badine pas avec la sécurité !

DSC_2960

Ce lundi en tout début d’après-midi, pas d’affluence encore. J’ai juste le temps de photographier la mâture flirtant avec le ciel bleu. Seulement deux personnes devant nous et en avant ! Je ne boude pas mon plaisir devant la main tendue du jeune marin préposé à l’accueil, moi qui ai tout…sauf le pied marin… plutôt le vertige facile !

DSC_3014

Je n’aurais cependant laissé ma place pour rien au monde ! J’attendais ce moment depuis si longtemps !

DSC_2954

Il sera difficile de faire des photos sans la trombine des autres visiteurs : Le Cauhtémoc a reçu 65 250 visiteurs au cours des 10 jours de fête !

DSC_2968

 

Nous avons toute latitude d’admirer chaque détail, de lire les explications. Je porterai souvent mon regard fasciné tout en haut des mâts ou je m’attarderai sur les savants cordages et le soin apporté au moindre détail.

DSC_3004

Je caresserai discrètement le bois, verrai tout ce qui brille, irai sur les tous les  ponts, admirerai la ville au travers des cordages.

DSC_0021

 Malgré  tout ce qu’a subi le Cauhtémoc en haute mer avant son arrivée, le navire est rutilant. Le voyage pour atteindre le Port de la Lune a pourtant été très difficile.

DSC_0019

Pour traverser l’Atlantique, le Cauhtémoc a d’abord fait route vers le nord, au milieu des icebergs avant de mettre le cap sur L’Europe où dans les conditions météorologiques exécrables, il a été pris dans la tourmente : vents de force 7, creux de 7 m,  gîte à 43 °, bateau pratiquement couché, les chaloupes de secours se balançant au-dessus de l’eau.

DSC_2950

 

DSC_2985

Le Cauhtémoc a traversé l’océan en 4 jours ; pour finir, l’entrée dans l’embouchure de la Gironde a été difficile aussi, obligeant le trois-mâts  à ressortir puis enfin à remonter l’Estuaire de la Gironde sous haute surveillance avant de s’amarrer dans le Port de la Lune.

DSC_2977

 DSC_2974

Le Cauhtémoc est un symbole au Mexique, car il illustre l’esprit de combativité et d’indépendance.

DSC_2986

Il  porte fièrement le nom du dernier empereur aztèque résistant  qui subit un sort tragique : une paternité dont s’enorgueillit d’ailleurs la figure de proue du bateau ; Cauhtémoc signifie aussi  « l’aigle qui fond sur sa proie » en nahuatl

DSC_3028

 DSC_3032

Le trois-mâts barque, mesure 12 mètres de large pour un tirant d’eau de 5,40 m. Sa voilure de 2300 m² répartie en 28 voiles est supportée par trois mâts dont le grand mât central s’élève à 52 m de hauteur. C’est  un habitué des défis: traversée de l’Atlantique en 17 jours, passage du cap Horn en 1993 entre autres.

DSC_2980

DSC_2988

DSC_2990DSC_2982 

Sur la déclaration affichée sur le pont du bateau, on lit que le Cauhtémoc a pour « mission d’exalter l’esprit maritime des futurs officiers de la marine nationale du Mexique avec l’engagement d’offrir jusqu’à son dernier effort pour faire de ce bateau un digne et noble berceau où pourront continuer à s’affermir le mental et l’esprit de ceux qui embarqueront en son sein, poursuivant l’objectif de se former pour mieux servir sa patrie. » 

DSC_0028

Je quitterai à regret le pont.

DSC_0019

DSC_3017

J’emprunterai la passerelle en sens inverse avec l’aide bienvenue du jeune marin, toujours aussi souriant.

DSC_2971

 

DSC_2970

Le Cauhtémoc en quelques mots :

Équipage : 252 hommes dont 90 cadets
Gréement : Trois-mâts barque
Année de lancement : 1982
Longueur hors-tout : 90,50 m
Pavillon : Mexique
Port d’attache : Acapulco

commandant de  bord : capitaine de vaisseau Juan Carlos Vera Minjares

vitesse de pointe : le Cuauhtémoc peut aller jusqu’à 16 nœuds.

DSC_3019

***

En son temps, Sergio avait aussi  visité le Cauhtémoc :

http://breizhshot.blogspot.fr/search/label/Cuauth%C3%A9moc

DSC_2983

DSC_3041

 

A suivre…

Les photos ont été prises conjointement par  Jacky et Maïté  L

****************

La Fête du fleuve 2013 :Le Cauhtémoc et les voiliers de la Solitaire arrivent à Bordeaux

jeudi, juin 6th, 2013

Vendredi 24 mai 2013, 19h :

Début de la Fête du Fleuve.

DSC_2821

DSC_2827

Le temps est aux giboulées… et au vent glacial vers 18 h 30,   mais il y a du monde sur les quais pour saluer le Cauhtémoc suivi des 42 voiliers participant à la Solitaire du Figaro. Tous vont passer sous le Pont Chaban-Delmas.

DSC_2828

 

Lorsque Le Cauhtémoc  sur lequel veille le remorqueur » Le Pauillac »apparaît dans le dernier virage et s’approche,

DSC_2846

l’excitation est à son comble. Il est 19h 15.

Construit à Bilbao en 1982, le Cauhtémoc est un navire-école appartenant à la Marine mexicaine. 
L’équipage est composé de 252 membres dont 90 cadets de la Marine nationale mexicaine, futurs officiers.

                                                                           

DSC_2840

Les marins mexicains sont traditionnellement perchés, alignés jusqu’en haut de la mâture et chantent à tue-tête des chants traditionnels.

DSC_2843

Bientôt le trois-mâts donne de la corne pour signifier  son point de passage exact sous le pont Chaban-Delmas.

DSC_2844

Illusion d’optique : nous avons l’impression que là-haut, ça touche !

DSC_2856

Si l’entrée émouvante dans le Port de la Lune de ce bateau tant attendu avec  son merveilleux spectacle a bénéficié d’une accalmie de pluie, cette dernière sera d’une courte durée.

DSC_2861

Les marins subissent en guise d’accueil un abat d’eau aussi soudain que dru.

DSC_2862

Le Cauhtémoc laisse la place au   Maxi Trimaran Solo Banque Populaire VII

DSC_2863

DSC_2870

A la hauteur du hangar 18, les spectateurs se replient à l’abri sous les gouttières d’un avant-toit à larges trous mais même sous les parapluies, continuent à applaudir chaleureusement les voiliers faisant leur entrée dans la foulée .

DSC_2871

Nous sommes récompensés de notre attente dégoulinante par leur passage au plus près des hangars.

DSC_2872

                                    DSC_2921

   DSC_2898

Nous rentrons chez nous transis mais heureux d’avoir eu la chance de pouvoir assister à cette arrivée mémorable.

DSC_2887                                                                 

  *** à suivre***